• Bloc de contenu

    LES MAHORAIS SONT-ILS DES ETRES-HUMAINS
     OU DES ANIMAUX ET DES OBJETS ?
     
     
     
    « Nulle contrainte en religion !» (Coran, S.2/V.256)
     
    « Aucun homme n’a une autorité naturelle sur son semblable […]. Renoncer à sa liberté c’est renoncer à sa qualité d’homme [dignité humaine], aux droits de l’humanité même à ses devoirs. » (Rousseau, Du contrat social, Livre I, chap.4)
     
    « Les buts des Nations Unies sont les suivants :
    -          Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes » (Charte des Nations Unies et Statut de la Cour internationale de justice ; San Francisco, 1945, Chapitre 1, article 1 et 2)
     
    "Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité [...]" (Source :
    Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948,article premier).
    Même Dieu, le Tout-Puissant, reconnait la liberté individuelle, humaine. Cette sagesse divine dans le Coran ressemble à la sagesse des philosophes des Lumières qui ont défendu la liberté humaine contre les monarchies absolues en Europe. Ce principe de liberté individuelle a été repris dans la charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits de l’homme.
    Alors pourquoi le monde entier et plus précisément des Comoriens refusent-ils aux Mahorais leur dignité humaine ?
    Les Mahorais acceptent-ils AUJOURD’HUI de renoncer à leur liberté ?